Pourquoi la France est-elle le pays du prêt-à-porter ?

Chanel, Dior, Yves Saint Laurent, Hermès, Louis Vuitton… La liste est longue et ne cesse de s’allonger. Les créateurs français ont longtemps créé les marques de mode les plus renommées et les plus convoitées au monde. Innovante sur le plan stylistique et exceptionnelle sur le plan technique, la réputation exceptionnelle de l’industrie française du prêt–porter remonte au XVIIe siècle. Depuis, cette réputation s’est considérablement renforcée .

France, la capitale du prêt-à-porter

On attribue le chic original du prêt-à-porter français au roi Louis XIV. Communément connu sous le nom de “Roi Soleil”, son règne date de l’année 1643. Il affichait un goût particulièrement somptueux, comme en témoignent le spectaculaire château de Versailles (dont il a commandé l’agrandissement), sans oublier sa façon de s’habiller.

Reconnaissant l’importance des produits de luxe dans l’économie nationale, Louis a créé un certain nombre d’industries artistiques, y compris le commerce du textile. Ce dernier était sous le contrôle de la cour royale. Elle est devenue l’arbitre mondial du style. Pendant les siècles qui suivirent, on trouvait en France des tissus et des matériaux de la plus haute qualité.

Ainsi, lorsque l’artisanat de la haute couture (l’adaptation des vêtements à un client spécifique) s’est développé à la fin du XIXe siècle, les couturières et les tailleurs n’ont eu d’autre choix que de s’installer en France. Charles Frederick Worth a été le premier à ouvrir son commerce à Paris. Cet Anglais est à l’origine du développement de la haute couture. Très vite, Paris s’est transformé en un centre de mode notoire. Les créations françaises, elles, ont reproduites partout dans le monde entier.

france mode haute couture

Les maisons de couture les plus célèbres ces temps-ci

Parmi ces maisons de couture, Coco Chanel reste de loin la plus célèbre. La marque ne s’est pas contentée de révolutionner l’univers de la mode. Elle a totalement changé le concept du vêtement féminin. L’on disait alors au revoir au corset pour accueillir dans les dressings des modèles de vêtement plus amples et plus fluides. Ainsi, dans les années 1920, on voit l’apparition d’une nouvelle ère : le “style à claquettes”.

Christian Dior, lui, a dominé la mode d’après-guerre avec ce que l’on a appelé le “new-look”. Il se caractérise par une taille cintrée ainsi qu’une jupe droite tombante à mi-mollet. De quoi dessiner parfaite la silhouette féminine.

Au début, il a été controversé notamment parce que les vêtements extravagants de Dior nécessitaient beaucoup de tissus, dans un contexte de pénurie permanente dans l’après-guerre. En réponse aux critiques, le créateur français a déclaré avec défi que “l’Europe en a assez des bombes, elle veut maintenant voir des feux d’artifice”. Promouvant l’optimisme d’après-guerre, la maison Dior a ensuite été inondée de commandes, rétablissant Paris comme la ville la plus à la mode du monde.

Bref, Paris reste aujourd’hui une capitale officielle de la mode, aux côtés de Milan, de New York et de Londres. À ceux-là s’ajoute un nombre croissant de villes qui cherchent à consolider leur présence dans le secteur : Barcelone, Berlin et Singapour notamment. Malgré une concurrence importante, la mode reste un aspect profondément ancré dans la culture française.